Forum de l'Enseignement Moyen

En cas de besoin, veuillez me contacter sur le forum ou par courriel (collo1969@yahoo.fr) Merci
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DEvoir4 1AM (2014/2015)
Lun 16 Fév - 20:30 par Admin

» Devoir 4 (1AM) 2014-2015
Lun 16 Fév - 20:25 par Admin

» REPARTITIONS 3AM 2014
Sam 21 Sep - 14:40 par Admin

» UNPEF SKIKDA 2 (10-04-2013)
Mer 10 Avr - 18:21 par Admin

» Unpef Skikda (sit-i, du 10-04-2013
Mer 10 Avr - 17:58 par Admin

» sit-in de l'unpef 10-04-2013
Mer 10 Avr - 17:49 par Admin

» Sit-in de l'UNPEF 10-04-2013 (lettre ouverte)
Mer 10 Avr - 17:42 par Admin

» Photo pour Aziz
Mer 3 Avr - 13:43 par Admin

» Maître Ahcene avec ses disciples
Lun 25 Mar - 14:53 par Admin

Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Ceux qui commencent le plus de sujets
Admin
 
sihemdebiskra
 
rabiabroche
 
znou_fiane
 
lacene21
 
Forum

Partagez | 
 

 Test : Quel est votre profil émotionnel ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 514
Age : 48
Date d'inscription : 17/06/2008

05052012
MessageTest : Quel est votre profil émotionnel ?

Test réalisé par Catherine Aimelet-Périssol et Sylvie Alexandre, psychothérapeutes

Question 1/12
Invité par des amis, vous êtes sorti un jour de semaine et avez passé une mauvaise nuit, trop courte. Vous vous dites :


Je manque de sommeil, je n'aurais jamais dû accepter cette invitation.
Ça ne valait pas le coup de sortir, en plus cette soirée était nulle.
Mes amis sont vraiment gentils d’avoir pensé à m’inviter.


Question 2/12
Vous venez d’obtenir une superbe promotion et l’annoncez à votre mère. Mais celle-ci vous écoute à peine et change de sujet :


Vous lui reprochez son manque d'attention.
Vous êtes blessé, mais préférez ne rien dire pour éviter le conflit.
Vous vous dites que vous lui avez peut-être fait de la peine, elle qui a arrêté de travailler pour vous élever.

Question 3/12
Au moment de choisir votre tenue pour la journée :


Vous pensez que ça n'a pas d'importance.
Vous avez à coeur d'être élégant.
Vous privilégiez le confort.

Question 4/12
Votre conjoint est tendu et fermé pendant le petit déjeuner. Vous pensez :


Encore son mauvais caractère !
Qu'est-ce que j'ai bien pu faire ?
Bon, je vais aller prendre ma douche…
Question 5/12
Le week-end arrive, deux jours pour vous :


Vous ruminez dans votre coin et attendez que l'on vous appelle.
Vous êtes paniqué, car vous n'avez rien prévu.
Vous téléphonez à vos amis pour organiser des rencontres.
Question 6/12
Au bureau, votre supérieur est furieux et vous reproche de ne pas avoir terminé un dossier :


Vous vous justifiez en invoquant le manque de temps pour le faire.
Vous vous excusez et vous mettez tout de suite au travail.
Vous lui reprochez en retour de ne pas remplir son rôle de manager.
Question 7/12
Le bulletin de notes de votre enfant est en chute libre, il n’a pas l’air de s’en soucier :


Vous le réprimandez sévèrement et supprimez les sorties.
Vous lui reprochez son laisser-aller en lui parlant des conséquences sur son avenir.
Vous reprochez à votre conjoint de ne pas assez s’en occuper.
Question 8/12
Vous n’éprouvez plus de désir pour votre partenaire :


Vous attendez que ça revienne.
Vous provoquez le conflit pour avoir une bonne raison de ne pas faire l'amour.
Vous invoquez la fatigue et le surmenage.
Question 9/12
Les motivations qui vous ont poussé à choisir votre métier sont plutôt :


Pour épater mes parents ou faire comme eux.
Pour faire ce que j’aime et m’épanouir.
Financières ou pour la stabilité de l’emploi.

Question 10/12
Vous organisez un dîner de dix personnes :


Vous mettez les petits plats dans les grands pour leur faire honneur.
Vous vous affairez et pensez que ce ne sera jamais prêt à temps.
Vous regrettez déjà de vous être lancé dans une histoire pareille, pensant que, de toute façon, vous n’y arriverez pas.
Question 11/12
Quand vous vous sentez dépassé par une situation, les mots qui vous viennent sont :


« Que c'est compliqué?! »
« Je dois pouvoir y arriver. »
« Il faut que je m'en sorte. »

Question 12/12
Vous avez à faire quelque chose qui vous paraît difficile :


Vous mettez tout en?Suvre pour réussir.
Vous êtes anéanti par l’ampleur de la tâche.
Vous avez tendance à remettre au lendemain.

Les résultats

Vous êtes en quête de sens
Le besoin de tout comprendre – vous, les autres, le monde et l’univers – vous pousse à l’introversion et à la recherche de clés qui donneront du sens à votre vie. Éviter les dangers, apaiser les conflits, rechercher une communication fluide, quitte à sacrifier vos propres aspirations : voilà qui vous ressemble.
Cette attitude peut vous faire hésiter entre envie d’harmonie et envie d’entreprendre. Vous vous adaptez volontiers à votre environnement, développant des qualités d’écoute, de tolérance, de concentration. La complexité de la vie vous intéresse. Mais la même complexité peut générer de la difficulté à exister. Vous préférez prendre des initiatives destinées à faire du bien aux autres, car votre plaisir passe par le « faire plaisir ». Et si cela ne se passe pas bien, vous culpabilisez. « C’est ma faute », pensez-vous, et vous cherchez à l’effacer. Vous vous suradaptez, quitte à vous annuler au point de basculer dans un état dépressif, voire de tomber malade. Tous ces messages du corps peuvent vous alerter sur votre besoin d’exister comme vous êtes !

Un conseil : notre existence repose sur deux piliers, le sentiment de notre sécurité et la conviction de notre identité. Prenez à votre compte les conseils des deux précédents profils et osez vous aventurer à tout petits pas vers la nouveauté à portée de main : osez dire non, osez vous affirmer différent. Dites tout haut ce qui n’a pu être dit tout bas : « C’est pour moi que je fais cela. »


Vous êtes en quête de sécurité
Votre besoin de vous fier à l’autre – ou à vous-même – est aussi fort que celui de vous libérer de ce lien, ce qui induit des tiraillements inconfortables, voire douloureux. Pour combattre cet état et vous protéger des atteintes à cette liberté, vous avez développé curiosité, aventures, exotisme, mais également sens de l’observation, souci du détail et imagination.
Cette attention à votre sécurité est sans doute orientée par des blessures du passé, maladie, manque de soins, insécurité ou, au contraire, soins étouffants et attentes parentales excessives. Vous cherchez à les soulager, voire à les guérir. Mais qu’un empêchement survienne, et la peur s’installe. Qu’une situation réactive un moment du passé où vous avez été dans l’impossibilité de faire confiance, à vous-même comme aux autres ou aux choses, et la réaction de défense prend les commandes : « Courage, il faut fuir ! » La peur agit en vous comme un filtre (danger-pas danger), quel que soit l’objet de cette peur, donc la réalité du danger. En somme, vous vous agitez pour éviter d’être blessé.

Un conseil : pour trouver un accord en vous entre doute et confiance, respirez profondément. Quand ce mouvement est fait en conscience, il redonne confiance en soi. Autorisez-vous alors à « re-sentir » la peur qui s’est réanimée. Non pas pour re-vivre la souffrance, mais pour découvrir les différents choix de réaction qui s’offrent- à vous, temps de réflexion que vous n’avez pas eu dans le passé tant il vous fallait réagir dans l’urgence.

Vous êtes en quête d’identité
Vous êtes particulièrement sensible à votre image sociale, au regard des autres et à leurs jugements. Le besoin d’appartenir à un groupe et d’être reconnu est aussi fort que celui de vous différencier au sein de ce groupe, pouvant vous exposer à un sentiment pénible, source de tension et d’agressivité. Ce souci d’affirmer qui vous êtes vient sans doute d’une enfance « mal aimée », d’un manque de reconnaissance de vos qualités propres-, de la pression à devoir répondre aux attentes de votre entourage. Vous tendez à pallier ce manque, quitte à mettre la pression sur votre entourage et à exiger de lui qu’il guérisse vos blessures.
Qu’une situation présente réactive ce passé, et la colère prend les commandes : « Je dois gagner, prouver à l’autre que je suis quelqu’un de bien. » Si vous êtes en manque d’appartenance, vous serez tenté d’éviter tout conflit et ferez ce que les autres attendent de vous, quitte à ravaler vos opinions et jugements personnels. En revanche, si vous êtes en manque de distinction, vous n’hésiterez pas à imposer votre point de vue, quitte à vous faire des inimitiés. Dans les deux cas, la colère vous raidira pour refuser l’échec.

Un conseil : trouvez le moyen d’affirmer vos goûts et vos affinités, sans craindre d’abîmer votre lien avec l’autre. Partagez vos joies comme vos peines avec ceux qui vous entourent, reconnaissez vos compétences et vos limites, apprenez à vous évaluer et à vous estimer. Prenez conscience que votre différence peut vous enrichir autant qu’enrichir la collectivité.

Revenir en haut Aller en bas
http://broche.forumj.net

 Sujets similaires

-
» Quel est votre animal "totem"?
» Test : Quel type d'humour aimez-vous ?
» Quel sera votre repas de réveillon??
» Votre Daemon
» Merci de compléter correctement votre profil
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Test : Quel est votre profil émotionnel ? :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Test : Quel est votre profil émotionnel ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Enseignement Moyen  :: Pycho-tests-
Sauter vers: