Forum de l'Enseignement Moyen

En cas de besoin, veuillez me contacter sur le forum ou par courriel (collo1969@yahoo.fr) Merci
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DEvoir4 1AM (2014/2015)
Lun 16 Fév - 20:30 par Admin

» Devoir 4 (1AM) 2014-2015
Lun 16 Fév - 20:25 par Admin

» REPARTITIONS 3AM 2014
Sam 21 Sep - 14:40 par Admin

» UNPEF SKIKDA 2 (10-04-2013)
Mer 10 Avr - 18:21 par Admin

» Unpef Skikda (sit-i, du 10-04-2013
Mer 10 Avr - 17:58 par Admin

» sit-in de l'unpef 10-04-2013
Mer 10 Avr - 17:49 par Admin

» Sit-in de l'UNPEF 10-04-2013 (lettre ouverte)
Mer 10 Avr - 17:42 par Admin

» Photo pour Aziz
Mer 3 Avr - 13:43 par Admin

» Maître Ahcene avec ses disciples
Lun 25 Mar - 14:53 par Admin

Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Ceux qui commencent le plus de sujets
Admin
 
sihemdebiskra
 
rabiabroche
 
znou_fiane
 
lacene21
 
Forum

Partagez | 
 

 Typologie textuelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 514
Age : 48
Date d'inscription : 17/06/2008

01052012
MessageTypologie textuelle

Les typologies textuelles
les types de textes dans le contexte scolaire



Il existe de nombreuses typologies qui ont pour ambition de « classer » les textes. Nous en citerons trois.
Celle qui est issue des travaux de Roman JAKOBSON repose sur les fonctions du langage isolées par cet auteur à partir du « schéma de la communication » dont il est l'un des concepteurs à partir des travaux des cybernéticiens N. WIENER et C. SHANNON. Les textes, dans cette typologie, peuvent s'analyser à partir de leur fonction :
référentielle
expressive
conative
phatique
métalinguistique
poétique-autotélique

Une autre typologie est celle proposée par Egon WERLICH. Les textes y sont classés en cinq catégories :
description
narration
exposition
argumentation
instruction ou prescription

Jean-Michel ADAM, dans sa propre typologie, reprend les quatre premiers types de textes proposés par WERLICH, ne retient pas le cinquième, qu'il remplace par le type :
dialogal

Finalement, la typologie en usage dans le quotidien pédagogique provient d'un « mixage » de ces trois typologies. En effet, la plupart des manuels scolaires font état des types de textes suivants :
narratif ;
descriptif
explicatif ( ou informatif )
argumentatif
injonctif
dialogal ( à travers l'exemple, limitatif, du texte de théâtre )
poétique ( qui cependant renvoie plutôt au genre « poésie » qu'à la fonction poétique signalée par JAKOBSON ).

Fonder une classification des textes sur les typologies proposées présente quelque difficulté dans la mesure où toutes entretiennent la confusion entre type de texte, forme et genre.
Ainsi, il est très difficile de considérer le poétique comme un type de texte stricto sensu. Il apparaît bien plus comme une forme. En effet, tout le monde connaît tel poème descriptif, tel autre narratif.
La longue tirade de Théramène, Acte V, scène VI, dans PHÈDRE voit alterner des séquences descriptives, narratives et expressives. Il serait pour le moins incongru de la présenter comme un texte « dialogal » sous prétexte qu'elle apparaît dans un texte de théâtre - ce serait alors confondre type de texte et genre - ou poétique au motif qu'elle est composée en alexandrins - c'est alors type et forme de texte que l'on confondrait. On peut étudier cette tirade du point de vue de son impact dramatique, on peut mettre en évidence les conjonctions forme poétique / fond, mais il semble que « typologiquement » elle doive s'analyser en mettant en évidence les différentes séquences textuelles qui la composent.
Il en va de même pour telle fable de La Fontaine, dans laquelle alternent des séquences descriptives, narratives, dialogales, alors qu'en elle-même la fable présente une indéniable visée argumentative et une forme poétique avérée.
Substituer la notion de séquence textuelle à celle de type de textes - il est en effet très rare de trouver un texte typologiquement « pur » - permettrait certainement de résoudre ces contradictions.

Pour des raisons d'ordre didactique, il conviendrait de distinguer très précisément genre, type et forme.
Genre Roman
Nouvelle
Fable
Pamphlet
Éditorial...

Type 1
Narratif
Descriptif
Explicatif ( ou didactique ) 2
Argumentatif
Injonctif

Forme Poétique
Prosaïque
Dialoguée
Expressive 3


On peut conclure en précisant qu'un texte s'incarne avant tout dans un genre ; il alterne des séquences textuelles ( types ) qui, elles-mêmes, se présentent sous une forme particulière. Ainsi une séquence narrative peut se trouver aussi bien dans un roman, dans une fable ou dans un fait-divers. Une fable peut se présenter sous forme poétique ou prosaïque. Le texte de théâtre se présente essentiellement sous la forme d'un dialogue, en vers ou en prose, plus ou moins fortement expressif, qui présente des séquences narratives, descriptives, argumentative ...
La forme littéraire et ce qu'on a appelé la « Littérature » s'inscrivent dans une « Histoire » qu'il convient peut-être également d'interroger ( cf. la transparence des Classiques, l'écriture « artiste » de la fin du XIXème siècle ou encore la neutralité de certaines écritures contemporaines ) 4 .


NOTES
1 Cette proposition est très proche de celle de WERLICH.
2 Didactique semble préférable à informatif. Quel texte n'est pas informatif, au sens où il véhicule de l'information ?
3 L'expressivité d'un texte est question de forme, lexicale et syntaxique, et non de structure.
4 cf. BARTHES, R. : ( 1953 / 1972 ), Le degré zéro de l'écriture, Le Seuil.


Types de textes et séquences textuelles



Si le professeur de français est « professeur de tous les textes et de tous les discours » ( Instructions Pédagogiques du programme de français au Baccalauréat Professionnel ), la question du classement des productions textuelles ne peut être contournée et mérite un traitement clair et rigoureux.
Les classements les plus anciens ont une base générique. L'étude des genres s'est diversifiée et affinée au cours des siècles ; elle a longtemps dominé la pratique scolaire comme en témoigne encore aujourd'hui la collection « Littérature et Langages » ( Nathan ).
La place de plus en plus importante accordée par la linguistique textuelle contemporaine 1 à la catégorie discursive de « genre » témoigne du regain d'intérêt que suscite cette notion.
« Toute activité de textualisation s'inscrit dans le cadre d'un genre discursif spécifique. » 2
Le classement par genres serait donc encore le plus proche de la réalité sociolinguistique des activités discursives humaines.
Malheureusement, serait-on tenté de dire, les genres sont d'une infinie diversité. On 3 en aurait dénombré plus de mille !Une typologie à base générique serait soit trop touffue, trop complexe, soit trop réductrice, et pratiquement impossible à didactiser. En effet, au moins un point fait l'unanimité chez les didacticiens : une typologie à usage pédagogique devrait comporter au maximum une dizaine d'unités 4 ...
Un article d'André PETITJEAN 5 fait l'inventaire des principales typologies textuelles non génériques proposées à cette date et des réflexions sur l'activité de classification et ses paramètres. On pourra s'y reporter utilement.
La typologie généralement prise en compte par les instructions pédagogiques ( de l'école au lycée ), les manuels, les recherches didactiques, et les enseignants, est issue des travaux de WERLICH 6 qui, sur la base d'un foyer conceptuel lié à des procédures cognitives, distingue cinq types :
descriptif
narratif
expositif
argumentatif
instructif
Cette typologie a connu des variantes, dont la plus connue est celle de Jean-Michel ADAM, qui a elle-même varié, passant de 7 types à 5 ( voir Les typologies textuelles ).
Mis à part les types narratif / descriptif / argumentatif, le caractère « évident » des autres types proposés a été plus ou moins remis en cause par les didacticiens. Nous ferons état, au fur et à mesure, de ces discussions, et nous prendrons position, s'il y a lieu.
Rappelons, à titre d'exemple, que l'arrêté portant sur les BEP ( J.O. du 17 juillet 1992 ) dans une note de bas de page signale qu'
« on reconnaît habituellement cinq types de textes : narratif, descriptif, informatif - explicatif, injonctif, argumentatif. »

Dès 1987, Jean-Michel ADAM 7 a proposé de substituer aux typologies textuelles, une typologie basée sur la séquentialité. Constatant qu'un texte est avant tout une unité complexe hétérogène composée de séquences, il en déduit qu'une typologie « textuelles » n'a de pertinence que si elle porte sur des textes d'une seule séquence - très rares, selon lui.
Toutes les autres productions discursives ( c'est-à-dire la très grande majorité ) sont pluriséquentielles, et la visée typologique doit donc prendre appui sur les notions d'insertion / succession / alternance / imbrication de séquences qui contribuent à former un ensemble textuel dont on peut ainsi déterminer ( non sans difficultés parfois ) le type dominant.
C'est ainsi qu'on peut analyser le texte « Le Merle bleu », qui nous servira désormais de référence 8 comme un texte pluriséquentiel à dominante narrative. Ce texte est composé
d'une séquence narrative incomplète ( SN1 );
d'une seconde séquence narrative ( SN2 ) enchâssée dans SN1 - la première fugue du merle;
d'une courte séquence injonctive ( SI1 ) qui succède à SN1 et clôt le texte... provisoirement;
et, éventuellement, d'une courte séquence descriptive ( SD1 ) insérée dans SN1 - description du merle.
L'hétérogénéité séquentielle est la règle, le texte monoséquentiel l'exception... encore que, dans certains genres ( cf. les Nouvelles en trois lignes de Félix FÉNÉON 9 ) l'inverse peut être vrai.
Le type étant défini comme « type structurel intégré dans un discours » 10, la reconnaissance de la superstructure est le critère qui permet d'affirmer que telle séquence correspond à tel type. Par exemple, la séquence SN1 du Merle bleu correspond bien à un schéma narratif, incomplet : équilibre initial - déséquilibre - tentatives de retour à un nouvel équilibre...
S'il n'est pas possible d'établir un modèle structurel pour une séquence donnée, ni une dominante pour le texte pluriséquentiel, nous dirons que cette séquence, ou ce texte, n'est pas analysable typologiquement. C'est pour cette raison qu'il faut récuser le type « poétique-autotélique » ainsi que le type « conversationnel / dialogal ». Il s'agit là de formes, voire de modes d'énonciation, mais certainement pas de types. Par contre la forme ( ou le genre ) poétique peut comporter des séquences nettement typées - ce qui constitue un argument supplémentaire pour ne pas le considérer comme un type de textes. Il en va de même pour le conversationnel / dialogal.
Que toutes les productions discursives ne soient pas analysables en « types » selon la définition donnée plus haut n'infirme en rien les classements typologiques issus des travaux de WERLICH, mais signifie seulement que les critères retenus l'ont été davantage pour des raisons de commodité didactique que d'exhaustivité théorique.

Il ne faudrait pas, cependant, se faire une conception trop rigide de la superstructure séquentielle, ni de la façon dont elle structure un texte. Une séquence textuelle est plus ou moins conforme au modèle canonique des manuels, plus ou moins ambiguë 11.
C'est ainsi qu'il faut bien constater que la séquence narrative ( SN1 ) du Merle bleu est incomplète, puisque le rétablissement d'un nouvel équilibre ( qui se traduit par plusieurs tentatives, donc se subdivise en sous-éléments... 12 ) n'aboutit pas, mais se transforme en séquence injonctive dont l'objet est de solliciter le lecteur - énonciataire pour qu'il contribue à rétablir l'équilibre rompu ( en devenant sur le plan actantiel, un adjuvant ).
Quant à l'ensemble du texte auquel nous avons attribué une dominante narrative, ne pourrait-il pas être qualifié de globalement... explicatif en considération de ses conditions de production, de sa visée et du genre dans lequel il s'inscrit ? Décidément, rien n'est simple !
Cette « incertitude » ( ou « hésitation », pour filer une métaphore moins physicienne ! ) séquentielle ( textuelle ) ne discrédite pas le classement typologique retenu, mais le nuance et le... valide. En effet, il faut accepter, une fois pour toutes, le fait que la réalité langagière ( i.e. la créativité discursive ) précède les classement typologiques ( cf. note 11 ), et que ceux-ci procèdent davantage d'une commodité didactique que de la complexité du réel. Il faut accepter également le fait que la recherche linguistique relève des Sciences Humaines, même si elle se pare des plumes des Sciences Exactes. La nécessaire réduction didactique doit se garder d'être mutilante, et si, pour des raisons liées à un apprentissage progressif, il faut bien souvent commencer par le « plus simple » ( c'est BRECHT qui l'a écrit ! ) 13 il est possible, et nécessaire, de faire comprendre que les régularités ne sont pas incompatibles avec la complexité.
Bernard COMBETTES 14 notait déjà en 1987 qu'un
« type de texte se définit par un regroupement, un faisceau d'indices... »
et que
« les structures de la langue offrent des possibilités exploitées de façon différente selon les textes... »,
qu'il s'agisse de structures syntaxiques, lexicales, thématiques, rhétoriques ou de ce qu'il appelle « les niveaux intermédiaires » ( opposition récit / discours, premier / deuxième plan... ).
Cette caractérisation des principaux faits de langue selon les types à travers lesquels ils se réalisent est sans doute la première justification, et le premier intérêt didactique, du classement typologique. Mais il faut veiller, dans ce domaine également, à ne pas trop systématiser la relation faits de langue / type. La langue, quand elle est parole / discours, est toujours plus riche ( plus rusée ! ), plus nuancée que toutes les classifications. Elle arrive sans peine à les subvertir. on peut rencontrer, par exemple, une séquence injonctive dont le « plan de texte » n'a rien d'injonctif ( pas de forme impérative, notamment ). L'inverse est également possible : une séquence peut présenter une structure de surface ( « plan de texte » ) instructionnelle, et pourtant être de nature descriptive...

Lier mécaniquement des indices formels à un type précis peut conduire à une analyse réductrice, voire franchement erronée; erreur que tous les manuels scolaires n'évitent pas, faute d'une réflexion typologique rigoureuse.



NOTES

1 Voir par exemple ADAM, J.-M. : (1999), Linguistique textuelle, des genres de discours aux textes, Nathan Université, coll. Fac. Linguistique
2 SCHAEFFER, J.-M. : (1989), Qu'est-ce qu'un genre littéraire, Le Seuil, coll. Poétique
3 DIMTER, M. : (1985), On text classification, in Discourse and Literature : New Approaches to the Analysis of Literary Genres, T.A. Van DIJK éd., John Benjamins
4 On mesure là toute la difficulté - et l'ambiguïté - de la démarche de didactisation : rester fidèle au « savoir savant » d'une discipline et, dans le même temps, simplifier à l'extrême ce savoir pour le rendre accessible aux élèves. Dans le cas présent, on se trouverait devant deux « objets » de savoir fort différents : une typologie savante qui épouserait au plus près la « réalité » linguistique et une autre, scolaire, qui serait une construction didactique... n'ayant qu'un rapport très lointain avec cette même réalité ! (G.F. )
6 WERLICH, E.
7 ADAM, J.-M. :(1987), Types de séquences élémentaires, in Les types de textes, Pratiques n° 56, décembre 1987, pp. 54 et sq.
8 Pour lire le texte du Merle bleu. retour au texte
9 Félix FÉNÉON ( 1861-1944 ) fut l'inventeur et le maître d'un genre particulier, la « nouvelle en trois lignes », qu'il donna, à partir de 1906, au quotidien Le Matin. Il y relatait, avec une cruauté aussi jubilatoire que concise, des faits divers sordides et... authentiques.
« M. Colombe, de Rouen, s'est tué d'une balle hier. Sa femme lui en avait tiré trois en mars, et leur divorce était proche. »
10 J.-M. ADAM, Pratiques n° 56
11 Ou, si on adopte une autre formulation : les écrivains, et tous ceux qui s'engagent dans une production textuelle, n'ont que faire des typologies scolaires. La linguistique n'est pas - ou ne doit pas être prescriptive; elle devrait, surtout dans son ambition taxonomique, rester descriptive. (G.F.)
12 Le modèle de Stein & Glenn ne pourrait-il pas conduire à une analyse plus pertinente... simple question ! (G.F.)
13 BRECHT, oui... mais est-ce une « caution » suffisante ? Le paradigme cognitiviste / constructiviste privilégie, au contraire, une « entrée » dans le processus d'apprentissage par la complexité - cf. MORIN, E. : (1986), La Méthode, 3. La connaissance de la connaissance, Le Seuil, coll. Points (G.F.)
14 COMBETTES, B. : (1987), Types de textes et faits de langue, in Les types de textes, Pratiques n° 56, décembre 1987, pp. 5 et sq.

lol! Téléchargez la grille typologique à partir des fichiers joints !!!!!!!!!
Fichiers joints
grille-typologie-doc.doc
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(35 Ko) Téléchargé 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://broche.forumj.net

 Sujets similaires

-
» ACP typologie significativité ANOVA
» TYPOLOGIE DES OVNIS
» Réalisation d'une typologie CAH?
» Typologie clientèle
» Réunion Typologie du 11 septembre 2010
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Typologie textuelle :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Typologie textuelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Enseignement Moyen  :: Divers-
Sauter vers: